Établissement privé Catholique d’enseignement sous contrat d’association avec l’État

3ème prépa-métiers

La classe de 3e prépa-métiers a pour objectif d’accompagner les élèves volontaires dans la construction de leur projet d’étude, en particulier vers la voie professionnelle sous statut scolaire et par apprentissage. Dès la rentrée 2019, elle remplace la 3e prépa-pro.

3ème Prépa-Métiers

Présentation / Domaine d’activité / La formation / les EPI / La formation en images / Les articles

Présentation

Le principal objectif est de donner du sens à l’acquisition de savoirs grâce à la combinaison d’une nouvelle pédagogie associée à des mini-stages. Il s’agit notamment de :

  • maîtriser le socle commun de connaissances, de compétences et de culture du palier 3 ;
  • préparer et présenter le DNB dans la série professionnelle ;
  • découvrir des métiers et les formations associées en lycée et en entreprise ;
  • construire son projet de formation et d’orientation.

Les élèves en 3e « prépa-métiers » suivent tous les enseignements obligatoires de 3e, y compris la langue vivante 2 et bénéficie d’une période de stage de 1 à 5 semaines. L’enseignement de découverte professionnelle des métiers et des formations professionnelles représente un volume annuel de 180 heures.

Au programme : des enseignements communs et complémentaires, des séquences d’observation et des stages en milieu professionnel ainsi que des périodes d’immersion dans des lycées, des centres de formation d’apprentis ou des unités de formation par apprentissage.


Domaine d’activité

La découverte des métiers et des formations permet d’ouvrir des horizons. Plusieurs champs professionnels sont abordés, que ce soit lors des séquences de découvertes des métiers et des formations au lycée ou bien lors de visites, ou de stages en entreprise. La réflexion et le choix d’orientation de l’élève se construisent avec les enseignants dans tous les moments de la formation.


La formation

Enseignement général

  • Français – 5h00
  • Histoire Géographie – 2h00
  • EMC (Éducation Moral et Civique) – 1h
  • Anglais, Italien – 5h30
  • Mathématiques – 4h30
  • Sciences technologie – 3h00
  • Arts Plastiques – 1h00
  • Éducation Physique et Sportive – 3h00

Enseignement professionnel

  • Découverte professionnelle des métiers et des formations – 5h00

Découverte du monde professionnel

  • EPI (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires)
  • Stages d’observation en entreprise
  • Mini-stages dans une formation
  • Visite d’entreprises
  • Intervention de professionnels

Critères d’admission
Après la 4ème sur dossier scolaire ou redoublement d’une 3ème.

Diplôme
Les élèves présentent le Diplôme National du Brevet série Professionnelle.

Poursuite d’études
– CAP en 2 ans sous statut scolaire ou par la voie de l’apprentissage.
– Bac Pro en 3 ans.
– Seconde générale et technologique pour les très bons élèves.


les EPI (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires)

Une façon différente de travailler : les EPI doivent permettre de construire et d’approfondir des connaissances et des compétences par une démarche de projet conduisant à une réalisation concrète, individuelle ou collective.
2 à 3 heures hebdomadaires leur sont consacrées : elles sont prélevées sur les cours traditionnels qui y sont travaillés (toutes les disciplines contribuent aux EPI au cours du cycle).
À chaque établissement de définir, pour chaque niveau, quels thèmes sont travaillés, quelles matières sont impliquées, etc.

    • L’interdisciplinarité : chaque EPI mêle plusieurs disciplines autour d’un thème, de manière à permettre aux élèves de « comprendre le sens de leurs apprentissages en les croisant ». « Ces enseignements ne sont pas interdisciplinaires au sens où ils mobiliseraient nécessairement des notions et concepts communs à des disciplines différentes. Ils permettent en revanche de s’appuyer sur des connaissances issues des disciplines mais appliquées à des objets communs au sein d’un projet porté par des équipes. » Les EPI impliquent donc, entre les professeurs, une importante concertation pour laquelle temps et organisation ne sont pas précisés par les différents décrets.
      Nous ferons remarquer que la question de l’efficacité de l’interdisciplinarité ne fait pas consensus ; cette méthode pédagogique a ses défenseurs et ses détracteurs, sans qu’il soit aucunement possible de trancher le débat.
    • La pédagogie par projet : les EPI favorisent en effet une démarche de projet conduisant à une réalisation concrète, individuelle ou collective (site internet, magazine, maquette, etc.), qui fera l’objet d’une évaluation. L’objectif est de placer l’élève dans une démarche active qui l’amène à utiliser et concrétiser savoirs et compétences.
  • Les élèves travailleront-ils en petits groupes dans ces EPI ? En tant que tels, les EPI n’ont pas lieu en effectifs réduits. L’EPI de base a lieu en classe entière : à partir de là, latitude est laissée au professeur de constituer des petits groupes de travail (« îlots ») ou non. Le texte de la réforme du collège indique que le projet est censé être individuel ou collectif : le travail peut donc lui aussi être individuel ou collectif. Il appartiendra aux professeurs de définir les modalités de travail de leur EPI (travail en groupes ou non, taille de ces groupes, etc.), comme c’est d’ailleurs le cas actuellement de n’importe quel cours classique.
  • Ces temps de travail doivent favoriser l’usage des outils numériques et des langues vivantes étrangères et développer l’expression orale, l’esprit créatif et la participation.
    On peut remarquer que l’utilisation des outils numériques est limitée par les moyens dont disposent les établissements. Au total, dans un établissement lambda, chaque semaine auront lieu a minima 3 EPI (s’il n’y a qu’une classe par niveau), soit 6h d’EPI a minima par semaine : le chevauchement de créneaux deviendra problématique si l’établissement ne dispose que d’un C.D.I. Il le sera d’autant plus si l’établissement comporte plusieurs classes par niveaux.


La formation en images